Retraites : Le tour de passe-passe du gouvernement.

Tribune de Bernadette GROISON Secrétaire générale de la FSU Libération 28 mai 2010.
samedi 29 mai 2010
par  Webmestre FSU 57
popularité : 100%

Retraites : une affaire de démocratie.

Du déferlement d’arguments catastrophistes qui submerge les médias, un récit prend forme : comme toujours notre pays serait en retard d’une
réforme et si nous ne nous empressions pas de le rattraper le pire des avenirs viendrait punir les générations à venir !
Et le gouvernement, en guise de grand débat de société promis par le Président de la République, a eu l’habileté de déplacer ce débat :
d’une question fondamentale de société il en fait une question d’abord technique ou financière. L’objectif semble être d’abord de faire des
signaux forts aux marchés plutôt que préserver les retraites par répartition : la menace explicite sur la retraite à 60 ans et sur les
salaires nets des fonctionnaires sont à cet égard caractéristiques.
Travailler plus longtemps et gagner moins pour conserver à la France la note AAA ?

Or pour faire une réforme, il faut avoir le courage de traiter des vraies questions posées par cette excellente nouvelle qu’est
l’allongement de la durée de la vie.
Souhaitons nous que cet allongement se traduise à la fois par une intensification du travail pour ceux qui ont un emploi et par un appauvrissement général des retraités avec un accroissement des inégalités ? Ou voulons nous à cette occasion développer de nouvelles solidarités entre actifs et retraités, jeunes et vieux, hommes et femmes en réduisant les inégalités et en donnant à chacun les moyens de profiter pleinement de ce gain d’espérance de vie ? Allons-nous vers des régressions sociales inédites ou prolongeons-nous un mouvement séculaire où nous avons sans cesse gagné du temps pour soi sur le temps contraint du travail ?
Le problème n’est donc pas d’abord de savoir si c’est possible, il est de savoir si c’est souhaitable.
Contre tous les manipulateurs, c’est un vrai débat qui doit concerner l’ensemble des français. Il s’agit donc bien d’une question de
société, d’une question profondément culturelle dont nous devons avoir l’intelligence collective de nous donner les moyens d’y répondre.
C’est fondamentalement une affaire de démocratie.

Or, il suffit de lire le rapport du COR dont les orientations gouvernementales prétendent s’inspirer pour constater qu’en matière de
retraites les réformes engagées depuis une vingtaine d’années ont comme conséquence programmée une redoutable baisse relative des
pensions par rapport aux revenus d’activité : 20% de moins !
On connaît depuis longtemps l’origine de cette situation qui tient au refus obstiné du patronat et du gouvernement d’accroître les
prélèvements pour financer notre protection sociale solidaire. Ceci a conduit à toute une série de « réformes » (Balladur en 1993, Fillon en
2003) ou « d’accord » léonins sur les régimes complémentaires, mettant en place des mécaniques qui sapent à chaque fois un peu plus notre
système solidaire de retraites, pénalisent encore plus les femmes et font douter de sa crédibilité aux plus jeunes.
Quand le gouvernement jure qu’il entend tout faire pour préserver le niveau des pensions, il ment aux français en jouant sur les mots pour
cacher cette réalité qui une menace lourde sur notre système de retraites par répartition.
Et c’est dans la même démarche digne des meilleurs illusionnistes et manipulateurs que nous est servie la solution de l’allongement de la
durée d’activité avec ce qui semble être un argument imparable, le fameux bon sens, « à problème démographique, solution démographique »mais qui n’est qu’un plat sophisme.
Parce que la question n’est pas tant de savoir quel est le rapport démographique entre personnes en âge de travailler et retraités que de
savoir combien de personnes en âge de travailler sont employées et quelles richesses elles produisent.
Parce que l’allongement de la durée de cotisations ou le relèvement de l’âge de la retraite ignorent délibérément la réalité du travail, de
l’emploi et de la vie. Là encore le rapport du COR est édifiant qui estime que d’ici 20 ans le nombre de trimestre effectivement validés
pour la retraite sera en moyenne de 155 et d’ici 40 ans baissera à 148 alors que dans le même temps la durée de cotisations exigées pour une
retraite complète devrait passer à 166 !
Comment peut-il en être autrement alors que l’âge d’entrée dans la vie active des jeunes ne cesse d’augmenter et que 6 salariés sur 10 ne sont plus en activité à 60 ans soit parce qu’ils ont été mis à la porte soit parce que les conditions proposées ne leur permettent plus de rester en activité ?
Comment ignorer que l’une des conséquences en est l’accroissement des inégalités au détriment d’abord des femmes et des jeunes, et plus
généralement de tous ceux qui ont connu la précarité et les interruptions ?
Comment d’ailleurs ne pas pointer l’absurdité d’un système où l’on prétend forcer les plus âgés à rester en activité alors que le chômage
des jeunes explose et alors que partout l’on voit les conséquences parfois dramatiques de l’intensification du travail (stress, TMS,
suicides...) ?
Le résultat de cette situation ce ne peut être que des retraites encore plus amoindries et des inégalités accrues.
Dire cela ne signifie pas qu’il n’y a rien à faire, bien au contraire.
Nous vivons plus vieux et cette bonne nouvelle a un coût surtout si nous voulons que ce prolongement de la vie humaine se fasse dans de
bonnes conditions pour tous.
Mais ce coût est parfaitement supportable pour peu qu’on fasse les bons choix. N’oublions pas que nous visons dans une société où les
richesses produites vont continuer à croître ; le COR prévoit un doublement du PIB d’ici 2050. Financer les retraites signifie y
consacrer une part un peu plus importante de ces richesses supplémentaires en passant de 13% du PIB à sans doute 17 ou 18 % d’ici40 ans. Et cela signifie de le faire par des choix qui favorisent l’emploi, les salaires et l’investissement au détriment des
dividendes.
Améliorer et permettre le financement du système de retraites par répartition est non seulement souhaitable mais possible. Le
gouvernement n’y parviendra pas pour l’avenir en passant aujourd’hui en force sans prendre en compte les exigences fortes qui s’expriment
aujourd’hui.


Contact

FSU MOSELLE

1 rue du Pré Chaudron
57070 METZ


Tél : 03 87 55 15 40
Mél : fsu57@fsu.fr

Agenda

<<

2020

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2425262728291
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 septembre 2017 - 10 octobre. Manifestation à METZ

Départ de la manifestation unitaire
10 h 00
Place de la Gare METZ

15 septembre 2017 - CONFERENCE A L’IRTS de NANCY le 21/09/2017 à partir de 18 h 00.

PROGRAMME
18 H : Accueil
18h30 : LES ETATS GENERAUX ALTERNATIFS DU TRAVAIL SOCIAL EN LORRAINE (...)

15 septembre 2017 - 21 SEPTEMBRE A METZ

MANIFESTATION
DEPART 16 H 00 PLACE DE LA GARE METZ

7 avril 2017 - 1er mai en Moselle

Départ de la manifestation
10 h 30
Place de la Gare METZ

14 octobre 2016 - HAYANGE EXPULSION DU SECOURS POPULAIRE

POUR SIGNER LA PETITION DE SOUTIEN IL SUFFIT DE CLIQUER ICI. MERCI.